Province d'Andhra Pradesh





L'Andhra Pradesh abrite plus de 75 millions d'habitants sur une superficie de 276 754 km2. Sa capitale est Hyderabad et la langue officielle est le télougou. L'état tire son nom d'une peuplade qui occupait la région plus de 1000 ans avant J.-C. L'Andhra Pradesh est surtout rural (80% de la population). Les plaines sont très fertiles car bien irriguées par les grands fleuves qui traversent l'état. L'Andhra Pradesh est le plus grand producteur de riz de l'Inde. Il produit aussi du tabac ainsi que de nombreuses variétés de fruits.


Histoire

Les premiers récits concernant la région de l'Andhra Pradesh remonte au grand roi Maurya, Ashoka (IIIe siècle avant J.-C.). À l'époque l'Andhra Pradesh était un grand centre du bouddhisme. Les Satavahama, les Ikshvaku, les Pallava, les Chalukya, les Chola, prirent successivement possession de ces territoires entre le IIe et le Xe siècle. Les Kakatiya bâtirent leur empire sur les ruines de celui des Chola. Ce sont eux qui durent affronter les troupes musulmanes venues du nord. Ils résistèrent jusqu'en 1323, date à laquelle le Sultanat de Delhi prit le contrôle de la région. Au milieu du XVIe siècle la dynastie des Qutb Shahi s'émancipa et fonda la ville d'Hyderabad. En 1687 les troupes mogholes d'Aurangzeb s'emparèrent de la forteresse de Golconde et d'Hyderabad. La région resta sous administration moghole jusqu'en 1724. À cette date le vice-roi Asaf Jahi créa un état indépendant et prit le titre de nizam. Les nizams surent conserver une relative autonomie face à l'impérialisme britannique grâce à un subtil jeu d'alliances. Lors de la lutte pour l'indépendance l'Andhra Pradesh joua un rôle important. L'état entra dans l'Union Indienne en 1947 mais il ne fut créé dans sa forme actuel (sur des critères linguistiques) qu'en 1956.




Carte de la province d'Andhra Pradesh

Carte d'Andhra Pradesh

Carte d'Andhra Pradesh


Hyderabad

Avec ses 4,3 millions d'habitants, Hyderabad est la capitale de l'Andhra Pradesh. La ville fut fondée à la fin du XVIe siècle par Mohammed Quli, cinquième souverain de la dynastie des Qutub Shahi, lors d'une pénurie d'eau à la forteresse de Golconde. Bien située stratégiquement, elle attira la convoitise des moghols qui finirent par la prendre en 1687 sous le règne d'Aurangzeb. La ville était désormais dirigée par un vice-roi nommé par les autorités mogholes. Ce fut l'un d'eux, Asaf Jahi, qui, profitant du déclin des moghols, se proclama Nizam en 1724 et décréta l'indépendance de la région. Hyderabad retrouve ainsi son rang de capitale et sa prospérité. En 1798 le nizam signa une alliance avec la compagnie des Indes britannique qui put ainsi établir un cantonnement à Secunderabad ainsi baptisé en l'honneur du nizam Sikander Jahi. En 1947 le nizam d'alors rejoignit l'Union Indienne.




Hyderabad est réputée pour son marché de perles.

. La forteresse de Golconde

Cette impressionnante forteresse, dont l'origine remonterait au Kakatiya (XIIe siècle), fut bâtie au sommet d'une colline haute de 120 mètres. La plupart des constructions datent du 16è et du 17è siècle et furent apportées par les rois de la dynastie des Qutub Shahi. Le mur d'enceinte avec ses 87 bastions mesure 5 km de long et est percé de massives portes elles-mêmes fabriquées pour résister aux assauts les plus violents. La forteresse ne fut prise qu'en 1687 par les troupes mogholes d'Aurangzeb.

Les constructeurs du fort avaient mis au point un ingénieux système de canalisations d'eau. D'autres tuyaux furent construits dans la but de renvoyer les échos d'une éventuelle intrusion ennemie. Autrefois célèbre pour son marché aux diamants, la forteresse de Golconde aurait vu la naissance du plus gros diamant du monde, le "Kohinoor", qui orne la couronne du souverain britannique.

La forteresse de Golconde

La forteresse de Golconde


. Le Charminar

Ce monument, en forme d'arc de triomphe, fut érigé en 1591 par le fondateur d'Hyderabad, Mohammed Quli, pour célébrer la fin d'une épidémie de peste. Les 4 colonnes, surmontées de minarets, mesurent 49 mètres de haut et les arches sont orientées pour faire face aux 4 points cardinaux.




Le quartier du Charminar est réputé pour ses bazars, notamment le Laad Bazaar, où l'on trouve toutes sortes de marchandises (perles, parfums, saris, bijoux, etc.)

Le Charminar

Le Charminar


. La Mecca Masjid

Il s'agit d'une des plus grandes mosquées du monde. Sa construction débuta sous le règne de Mohammed Quli en 1614 mais elle ne fut achevée qu'en 1694 après l'annexion de la ville par Aurangzeb. Des briques auraient été apportées de La Mecque pour la construction de l'arche centrale, d'où son nom.

Elle peut accueillir près de 10 000 fidèles.

La Mecca Masjid

La Mecca Masjid


. Les tombeaux des rois Qutub Shahi

Ces mausolées abritent les tombes des sept rois de la dynastie des Qutub Shahi. Au centre des mausolées se trouve un sarcophage en dessous duquel a été creusée une crypte. Les dômes étaient autrefois couverts de tuiles bleues et vertes. Du temps des Qutub Shahi, les tombeaux étaient considérés comme des refuges, même pour les criminels, mais ils tombèrent en décrépitude après leur règne. Ils furent restaurés au XIXe siècle.

Les tombeaux des rois Qutub Shahi

Les tombeaux des rois Qutub Shahi


. Le musée Salar Jung

Le bâtiment porte le nom de Salar Jung Bahadur, premier ministre du nizam d'Hyderabad dans les années 1850. Il fut un collectionneur infatigable d'antiquités et d'objets ramenés notamment d'Extrême-Orient. L'une des ses plus belles pièces est une statue de marbre translucide de Bezoni, un sculpteur italien.




Le musée abrite aujourd'hui plus de 35 000 pièces (tapis, miniatures, diamants, armes, ivoires, sculptures, gravures, etc...) et plus de 50 000 livres.


. Le temple de Sri Venkateswara

Également appelé Birla Mandir, ce temple fut construit en 1976 au sommet de la colline Kala Pahad. Il fut bâti avec 2000 tonnes de marbre blanc. Son architecture est un mélange du style du Nord et du style du Sud.

Le temple de Sri Venkateswara

Le temple de Sri Venkateswara


. La tombe de Raymond

Ici repose le mercenaire français Michel Joachim Marie Raymond. Né en 1755 il arriva en Inde en 1786 et proposa ses services au nizam d'Hyderabad. Il devint très vite populaire auprès des hindous et des musulmans. Lorsqu'il mourut 12 ans plus tard il était à la tête de 19 000 hommes.


Warangal

Warangal fut la capitale du royaume Kakatiya aux XIIe et XIIIe siècles. Elle fut conquise par les Tughluq de Delhi au XIVe siècle. Les Kakatiya furent de grands bâtisseurs et de nombreux temples témoignent de l'évolution architecturale de la période Chalukya. Warangal est connue pour son marché de la laine et du coton.

. Le fort de Warangal

La construction de cette impressionante forteresse débuta sous le roi Ganapathi en 1199 et fut achevée par sa fille Rudrama en 1261. Il dispose de trois murs d'enceinte. Quatre portes sont orientées vers les points cardinaux. Elles sont similaires à celles de Sanchi, ce qui témoigne d'une influence bouddhiste certaine. Un temple s'élevait autrefois au centre du fort.


. Le temple aux mille piliers

Ce temple fut construit en 1163 dans le style Chalukya et dédié à Shiva, Vishnu et Surya. Comme son nom l'indique il est orné de magnifiques piliers finement sculptés. Les plafonds et les portails sont décorés de figures de dieux et de déesses. Un superbe Nandi en basalte noir se trouve en son sein.

Le temple aux mille piliers

Le temple aux mille piliers


. Le temple de Bhadrakali

La principale attraction de ce temple est la statue de Kali. Elle est représentée assise, avec huit bras portant chacun une arme. D'après la légende le roi Pulakesan II vint y prier avant d'aller combattre.


Vijayawada

Vijayawada est la seconde ville de l'Andhra Pradesh. Elle est considérée comme le cœur de l'état. La forme la plus pure du telougou est parlée ici et les grands mouvements de pensées politiques sont nés à Vijayawada. La légende veut qu'Arjuna, le héros du Mahabharata, soit venu ici prier Shiva en ascète. Shiva lui apparut et le récompensa. C'est en souvenir de cette rencontre que l'endroit fut baptisé Vijayawada (Cité de la Victoire).

La ville est un important lieu de passage et un grand centre industriel.

. Les temples rupestres d'Undavalli

Situés à 8 km de la ville, ces temples furent creusés dans le granite au VIIe siècle. L'un d'eux abrite une statue de Vishnu couché de 5 mètres de long. (Pour la voir il faut demander au gardien d'ouvrir la porte !)

Les autres temples sont dédiés à Brahma, Vishnu et Shiva.

Les temples rupestres d'Undavalli

Les temples rupestres d'Undavalli


. Le temple de Kanaka Durga

Ce temple est dédié à Durga, déesse protectrice de Vijayawada (Kanaka Durga signifie "la Durga dorée"). Il est dit que la Sri Chakra Yantra (figure géométrique sacrée) fut placée ici par le grand philosophe Adi Sankara. La déesse est représentée avec ses huit bras en train de tuer le démon Mahishashura.

Le temple de Kanaka Durga

Le temple de Kanaka Durga


. Le barrage Prakasam

Cet édifice de 1223 mètres de long construit sur le fleuve Krishna fut achevé en 1957. Dès 1841 les anglais eurent l'idée de sa construction qu'ils engagèrent finalement en 1855. Après l'indépendance un nouveau barrage fut construit. Les autorités lui donnèrent le nom du premier Premier Ministre de l'Andhra Pradesh, Tanguturi Prakasam.

Le barrage Prakasam

Le barrage Prakasam


Tirumala et Tirupathi

Cet endroit est connu de toute l'Inde pour son temple de Venkateshwara. Perché sur une colline haute de 874 mètres, le temple est un chef-d'œuvre de l'architecture dravidienne. Il est un grand centre de pèlerinage. Il était déjà un lieu d'adoration sous les Pallava et les Chola au Xe siècle. Toutes les grandes dynasties vinrent y laisser leurs traces en y ajoutant des murs. Le saint des saints, avec son toit doré, est ouvert aux non hindous. Il abrite une représentation de Venkateshwara. Elle mesure 2 mètres de haut et possède 4 bras. Certaines personnes pensent qu'elle possède les attributs de Vishnu et Shiva.

Il y a toujours un grand nombre de pèlerins (de plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers). À lui seul le personnel du temple compte 18000 employés Le temple de Venkateshwara est l'un des plus riches de l'Inde. Il finance ainsi la construction ou le fonctionnement d'universités, d'hôpitaux, d'orphelinats, de centres d'accueil des pèlerins, etc.

Le temple Venkateshwara

Le temple Venkateshwara


Lepakshi

Lepakshi est un important centre de pèlerinage. L'endroit où s'élève la ville est en effet cité dans le Ramayana. D'après la légende, c'est là que l'oiseau Jatayu combattit le démon Ravana qui venait d'enlever Sita, l'épouse de Rama. Le combat se termina par la défaite de Jatayu, blessé mortellement. Rama apprit cela et se rendit sur les lieux. Il recueilli les dernières paroles de l'oiseau et pour le remercier, Rama célébra les obséques et lui accorda la moksha en prononçant les paroles "Le Pakshi".

Entre le XVe et le XVIe siècle, Virupana, qui était trésorier d'un des royaumes Vijayanagar, fit construire à Lepakshi le temple de Veerabhadra qu'il dédia à Shiva. Il engagea les meilleurs artistes de l'époque mais les dépenses dépassèrent ses moyens et il dût détourner de l'argent des impôts royaux. Le temple est une merveille dans le plus pur style Vijayanagar. De nombreuses sculptures et peintures murales ornent le temple. Quelques oeuvres méritent qu'on s'y attarde plus que d'autres notamment le Saptaphani Nagendra, le Antariksha Sthamba et le Nandi monolithique.

  • Le Saptaphani Nagendra : il s'agit d'une sculpture monolithique représentant un serpent à sept têtes dont le corps enroulé supporte un lingam noir (photo de gauche).
  • L'Antariksha Sthamba : il s'agit d'un pilier dont la base semble toucher le sol alors qu'il est en fait suspendu au plafond.
  • Le Nandi : cette énorme sculpture monolithique de 4,5 mètres de haut et 8,2 mètres de long serait la plus importante représentation de la monture de Shiva en Inde et aussi une des plus belles de ce genre (photo de droite).
Le Saptaphani Nagendra

Le Saptaphani Nagendra

Le Saptaphani Nandi

Le Saptaphani Nandi



Voir aussi :

. Toutes les provinces de l'Inde

. Histoire de l'Inde



Copyright 2016 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.